Rayons sacrés & Identité céleste

                                                      Rayons sacres

Bien comprendre l’être humain nécessite de l’envisager au travers de sa double identité : terrestre, matérielle, tridimensionnelle, mais aussi céleste, spirituelle, éthérée. 

Il est plusieurs classifications pour le décrire sous sa forme terrestre, manifestée, pour le catégoriser dans son physique, ses affects ou sa psyché, pour évaluer son orientation SDS (au service de soi) ou SDA (au service des autres), pour définir ses valeurs ou son enneatype.
Sa dimension céleste -on peut dire ondulatoire dans l’approche quantique- est par contre bien méconnue.

Et pourtant, nous existons sur un plan parallèle, multidimensionnel, il est même certains de nos agissements qui échappent à notre conscience de veille car mus par d’autres Moi dimensionnels.   C’est comme une autre conscience qui habite elle le plan non manifesté, celui qui existait au commencement du monde.

La théorie des Rayons peut nous aider à définir cette identité profonde et foncière, mais à condition d’élargir le cadre thématique de ceux-ci, notamment en considérant une totalité de 7 + 5 + 3 Rayons .

La plupart des gens a entendu parler des 7 Rayons sacrés, ces puissantes fréquences de couleurs qui sont autant d’attributs du Divin.   Beaucoup les utilisent au travers d’invocations et autres exercices de visualisation.
En Kinésiologie d’Evolution, nous concevons les Rayons comme la structure de l’identité céleste, en correspondance avec la ‘Hiérarchie divine’.

Les 7 Rayons dits Sacrés réfèrent au plan de notre système Solaire, à notre Ame et à la Kundalini terrestre. On a longtemps fonctionné sur eux-seuls car ils correspondaient à notre évolution tridimensionnelle.

Avec l’éveil de 5 nouveaux Corps vibratoires, il est temps de retrouver notre dimension galactique et d’y adjoindre 5 autres Rayons, que nous nommerons galactiques.   Les auteurs ne sont pas toujours d’accord sur les couleurs en correspondance, mais ce n’est pas très important en KE où notre travail de réactivation ne procède pas de visualisations de ces Rayons mais de rééquilibrages karmiques.   Avec ces 5 nouveaux Rayons, nous sommes davantage dans la vibration de l’Esprit ainsi que de la Kundalini (Onde de vie) céleste.

Et dans le cadre de la Hiérarchie divine, nous restent les Trônes, les Chérubins et les Séraphins que nous allons tout naturellement appliquer à 3 Rayons supérieurs que nous nommerons cosmiques, reliés à notre Etreté.

Et chacun de nous (ou presque*) est en affinité avec un Rayon en particulier, lequel signe son origine spirituelle, son degré de proximité ou d’éloignement de La Source pourrait-on dire.
En KE, nous testons quel est ce Rayon d’Essence (sur les 15), ses Rayons secondaires, et puis prenons la mesure de son activation.   Il est assez rare qu’un être dispose de son Rayon d’Essence activé et intégré, et cela correspond bien au voile d’oubli sur notre origine de lumière.
Dès lors, nous pouvons préciser l’interprétation à donner à cette Essence, et nous savons également si notre sujet est dans sa mission spirituelle ou s’il erre à la recherche de son identité foncière.  Et être déconnecté de son origine de lumière signifie naviguer dans des zones d’ombre, de dualité ou d’égocentrisme SDS..

Un travail d’investigation se présente alors au kinésiologue pour décoder la cause de la perte de cette essence de lumière, de cette identité spirituelle qui lui conférait sa dimension divine.

*Tout le monde a-t-il un Rayon d’essence ?  Et bien non ; il est intéressant de noter que les 'Portails Organiques' et autres 'Agents Robotiques' en sont dépourvus, ils ont perdu leur identité céleste à la suite de certaines transgressions aux lois divines dans un lointain passé.
Maintenant il est de faux Rayons Violets, et puis des pseudo Rayons Rose par exemple, qu’il sera important de démasquer bien sûr.

   Cube metatron

                                      Avertissement :  cette technique n'est pas (et ne se veut pas) reconnue par la Fédération Fr. de Kinésiologie.
Elle est issue d'une unité de recherche en marge de la Kinésiologie 'officielle'.